Schéma métropolitain des solidarités

sans-titre1

Monsieur le Président, chers collègues,

Sans aucun doute, l’adoption du Schéma métropolitain des solidarités, qui définit nos propres orientations stratégiques pour la mise en œuvre des politiques sociales et médico-sociales sur notre territoire, marquera l’histoire de notre assemblée, comme ont pu le faire nos autres grands schémas structurants.

Le transfert à la Métropole des missions sociales historiquement gérées par le Département constitue une opportunité inédite pour notre collectivité de concilier développement social, économique et urbain. La mise en synergies de l’ensemble de ses compétences met en effet la Métropole en capacité de proposer des solutions plus intégrées et mieux adaptées aux enjeux d’une société en évolution rapide.

L’examen attentif de ce nouveau cadre de référence révèle un travail considérable et de grande qualité, avec des objectifs unanimement partagés à l’issue d’une large concertation. Le schéma métropolitain des solidarités est par ailleurs le fruit d’un travail commun et transversal de l’ensemble des acteurs, ce qui renforce considérablement sa légitimité et facilitera d’autant plus son appropriation pour l’étape décisive de la mise en œuvre.

Les axes stratégiques inscrits dans ce document, à savoir la prévention, l’accompagnement, le partenariat et le vivre ensemble nous donnent les moyens de répondre à l’ensemble des enjeux liés aux politiques de solidarité.

Ajoutons que l’intérêt principal du schéma métropolitain des solidarités est l’approche globale des politiques sociales et médico-sociales qui a été retenue. Raisonner en mode silo, c’est à dire en cloisonnant les compétences et les actions, ne fonctionne pas au contact des réalités sur le terrain. La transversalité de l’action publique est aujourd’hui nécessaire dans tous les champs.

Nous nous félicitons notamment que l’accueil inconditionnel des personnes soit clairement affirmé. Ce principe est notamment développé dans le pacte métropolitain, chaque commune pouvant mettre en place une organisation qui lui convienne en articulant ou délégant les compétences sociales sur son territoire. L’important est que l’usager puisse trouver un guichet où être pris en charge.

L’importance de la question de la prise en charge des personnes âgées est également reconnue. Il serait d’ailleurs utile sur cette problématique de s’inspirer de la démarche MONALISA (mobilisation nationale contre l’isolement des personnes âgées) pour proclamer que la lutte contre l’isolement est vraiment une préoccupation métropolitaine et intégrer cette problématique dans le déploiement de toutes les politiques métropolitaines, comme l’habitat, à travers la promotion des habitats intergénérationnels ou des formes innovantes de cohabitation, avec un volonté de permettre le maintien à domicile des personnes âgées dans un habitat adapté.

Un autre point positif est le caractère opérationnel de ce document. L’élaboration du schéma des solidarités n’est pas tombée dans le piège d’une simple énumération de grands principes. Un équilibre a été trouvé entre les grandes priorités et orientations et leur traduction sous la forme d’actions concrètes.

Enfin, vont également dans le bon sens la volonté exprimée de renforcer la participation de l’usager-citoyen aux dispositifs sociaux et médico-sociaux, tout comme l’accent mis sur l’innovation pour renouveler les pratiques en s’appuyant sur de nouveaux partenariats entre les acteurs publics, privés et associatifs.

Évidemment, un schéma n’est pas suffisant en lui-même pour garantir la réussite d’une politique publique. Même s’il fournit un cadre indispensable et des pistes d’actions pertinentes, d’importants défis doivent encore être relevés pour assurer sa mise en œuvre concrète :

– C’est en premier lieu la gouvernance à mettre en place afin qu’au sein de chaque secteur, tous les acteurs, qu’ils soient élus, acteurs privés et associatifs ou usagers, soient associés à la mise en œuvre de chacune des fiches actions. Les Conférences territoriales des Maires ont un rôle à jouer pour cultiver ces relations sur les territoires sur lesquels les associations sont présentes. Un enjeu plus spécifique est de savoir comment partager au mieux ce projet avec les citoyens.

– Il faudra également veiller à ce que l’organisation interne de notre collectivité assure un mode de  fonctionnement global et transversal

– Enfin, l’évaluation régulière des actions engagées est indispensable pour nous permettre de questionner la qualité du service rendu aux usagers, l’efficacité et l’efficience de ces actions.

Vous l’aurez compris, notre collectivité est sur le point de se doter d’un cadre de référence qui nous permettra de déployer dans le champ des politiques sociales une action publique renouvelée, innovante et transversale au service de nos concitoyens. En ce sens, l’adoption du schéma métropolitain des solidarités n’est pas un aboutissement mais bien un point de départ.

Je vous remercie.

Fouziya BOUZERDA, Présidente du groupe CIMéT, Vice-Présidente de la Métropole de Lyon

Groupe politique à la Métropole de Lyon