Révision du PLUH

sans-titre1

Monsieur le Président, chers collègues,

La révision du Plan local d’urbanisme est un des grands chantiers de notre collectivité, qui mobilise depuis plusieurs années les services de la Métropole en concertation avec les 59 communes du Grand Lyon.

En 12 ans, c’est-à-dire depuis l’entrée en vigueur de notre Plan Local d’Urbanisme actuel, la situation a beaucoup évolué : outre 125.000 habitants supplémentaires, l’environnement législatif est également très différent, avec l’intégration désormais dans le PLU de la politique du logement et la prise en compte des nouveaux enjeux auxquels nous sommes confrontés, notamment sur les questions environnementales et énergétiques.

Dans ces conditions, la révision de notre PLU était nécessaire et très attendue dans nos communes, afin de permettre de faire avancer un certain nombre de projets territoriaux.
Elle était évidemment très attendue au niveau métropolitain puisque le PLU-H doit en effet traduire très concrètement sur le terrain les grandes orientations contenues dans nos schémas directeurs, avec la mise en œuvre cohérente de nos grandes politiques publiques, comme notamment la mobilité, le logement, le développement économique.

En premier lieu, la problématique du logement et de l’habitat est centrale. Les règles d’urbanisme actualisées dont se dote la Métropole joueront un rôle déterminant pour atteindre les objectifs ambitieux en matière de production de logements que nous nous sommes fixés. Le Schéma de cohérence territorial prévoit en effet 150.000 nouveaux logements entre 2010 et 2030, ce qui suppose de maintenir le rythme soutenu de construction actuel de 8000 à 8500 logements par an, objectif réaffirmé dans ce projet de PLU-H.

Il s’agit d’accompagner la forte croissance démographique de notre agglomération, qui témoigne du dynamisme économique et de l’attractivité de notre agglomération. Sans un effort de construction correspondant, tant en nombre qu’en qualité des logements, nous serions rapidement confrontés à de fortes tensions sur le marché immobilier, alors même que le coût du logement a connu une augmentation sensible sur la période récente. Cela conduirait, à terme, à oblitérer les perspectives de développement de notre métropole.

Les besoins accrus en logement sont également liés aux évolutions de la société que nous devons prendre en compte. Le phénomène de décohabitation observé un peu partout se traduit par une baisse continue depuis plus de 30 ans du nombre moyen de personnes vivant dans un même logement.

La question du logement social est particulièrement sensible. Car malgré des efforts importants en la matière, avec un rythme de construction moyen depuis 2008 de l’ordre de 4.300 logements, soit deux fois plus qu’en 2006, il y a de plus en plus de demandeurs de logements sociaux en attente, environ 60 000 à l’heure actuelle, un chiffre à mettre en perspective avec la hausse des prix dans le parc privé. Il faudra donc être particulièrement attentif à maintenir nos efforts pour atteindre l’objectif de 4.000 à 4.500 logements par an fixé par le PLU-H, tout en poursuivant le rééquilibrage territorial entre l’est et les secteurs du centre et de l’ouest de notre agglomération.

Notre futur plan tient également compte, et nous pouvons nous en féliciter, de la problématique spécifique du logement social étudiant, grâce à la mobilisation d’outils variés, comme les secteurs de mixité sociale étudiants, pour réaliser 6.000 logements d’ici 2020. C’est grâce à ce type de mesure que l’on renforce le positionnement de Lyon qui vient d’ailleurs tout juste d’être désignée meilleure métropole universitaire de France dans le dernier classement du magazine l’Étudiant.

La révision du PLUH ne se résume évidemment pas à la seule dimension du logement, même si c’est la plus évidente. Elle offre aussi l’opportunité de définir de nouvelles règles d’urbanisme indispensables pour accompagner la politique volontariste de développement économique et d’attractivité mise en œuvre par le Grand Lyon. Cette politique porte ses fruits, puisque notre Métropole enregistre de bonnes performances économiques sur les indicateurs de créations d’emplois, d’implantions d’entreprises ou d’attractivité.

Le projet de PLU-H propose à cet égard de nombreux outils intéressants, à l’image des zonages spécifiques pour nos grands équipements et nos projets urbains et économiques majeurs que sont le Carré de soie, Part Dieu, Confluence et Gerland. Il met l’accent à juste titre, car cela correspond à une demande forte dans nos communes, sur le renforcement du commerce de proximité, en régulant mieux le développement des centres commerciaux périphériques. Un autre axe fort d’intervention est la préservation des sites de l’économie productive, ainsi que le développement d’activités diversifiées en cœur de ville, à travers notamment les 5 nouveaux secteurs de mixité fonctionnelle à Lyon et Villeurbanne qui permettent d’imposer des surfaces dédiées à de l’activité économique dans le cadre des projets résidentiels. Avec notre politique d’accompagnement des filières, ce sont là des leviers essentiels pour maintenir et favoriser la création d’emplois de toutes natures pour nos habitants.

De la même manière, le PLU-H contient des mesures fortes pour répondre au défi environnemental. Je pense, parmi tant d’autres, aux mesures prises pour poursuivre la maîtrise de l’extension urbaine, à travers les 700ha supplémentaires rendus à la nature, à la meilleure protection des espaces naturels et végétalisés ou encore à la préservation de l’agriculture périurbaine. C’est grâce à l’addition de ces actions que l’on atteindra l’objectif du SCOT d’un équilibre 50/50 entre espaces urbanisés et trame verte et bleue.
Faire de notre Métropole un espace toujours plus agréable à vivre répond naturellement aux aspirations de nos concitoyens, le cadre de vie étant lui-même un puissant moteur d’attractivité pour notre Métropole.

Cette révision du PLUH est d’une importance capitale pour notre Métropole car elle offre l’opportunité de redéfinir un projet politique de développement et d’aménagement durables, partagé ensemble, pour les 15 années à venir.

Le principal défi de cette révision, dont l’arrêt du projet constitue une étape cruciale, était de proposer un document de référence équilibré pour les territoires et cohérent avec nos orientations politiques affirmées dans nos différents domaines de compétence.
Au regard du projet qui nous est présenté aujourd’hui, nous pouvons affirmer que ce défi est relevé.

C’est la raison pour laquelle notre groupe votera favorablement ce rapport, et je cède maintenant la parole à Pierre Diamantidis.

Fouziya BOUZERDA, Présidente du groupe CIMéT, Vice-présidente de la Métropole de Lyon

 

Intervention Pierre DIAMANTIDIS :

Tout d’abord, je veux me joindre à la Présidente de notre groupe, Fouziya BOUZERDA , et remercier les services de notre métropole pour l’important travail qu’ils ont effectué en rédigeant le projet de PLU-H dont l’arrêt est , aujourd’hui, soumis à notre vote
Cependant, nous regrettons que les divers documents qui le constituaient nous ont été communiqués pendant la période des vacances ne nous laissant pas le temps de les étudier sérieusement.
• Pour ma commune, par exemple, le cahier communal nous a été adressé par courriel du 17 juillet, alors que la dernière réunion de concertation s’était tenue au mois de mars et qu’à plusieurs reprises nous en avions demandé le texte définitif.

• Le 21 août, la 1ère partie du règlement était enfin rédigée et adressée aux communes, mais il manquait les parties 2 et 3 définissant notamment les P.I.P.

• Par courriel du 31 août, soit 5 jours avant la réunion de la commission d’urbanisme qui devait examiner ce projet de plusieurs milliers de pages, nous avons été informés de la mise à disposition, dans un espace dédié du 2ème étage de l’hôtel de notre métropole, de l’ensemble des textes constituant le projet de PLU-H

Si nous voulons un fonctionnement cohérent et efficace de notre métropole, il est indispensable qu’à l’avenir le travail des élus soit respecté, notamment en leur laissant le temps d’étudier sérieusement les projets qui leurs sont soumis.

 

 

Groupe politique à la Métropole de Lyon

%d blogueurs aiment cette page :