Plan d’éducation au développement durable

DSC01693

Monsieur le Président, chers collègues,

En cette période de « disette » économique et de recherche de « marges de manœuvres », il conviendrait qu’une plus grande transparence des comptes soit exigée des associations qui sollicitent des subventions de la part de notre collectivité.

En effet, d’une façon générale seuls des extraits de comptes d’exploitation sont joints aux demandes de subvention,  en l’absence de tout bilan comptable pourtant reflet précis du patrimoine, des engagements, de la  trésorerie et des placements des associations.

Si nous pouvons accepter l’existence d’une réserve de trésorerie d’un an pour faire aux dépenses de fonctionnement, les subventions que nous versons n’ont pas vocation à alimenter des placements à court et moyen termes. Elles ne peuvent concerner que des projets, des investissements et/ ou équilibrer des dépenses de fonctionnement.

Plusieurs cas récents nous ont permis de détecter ce que l’on pourrait assimiler à  des abus

Je sais que nos services examinent les documents remis en appui des demandes de subvention, mais c’est nous qui les votons et, par conséquent, qui avons la responsabilité de l’exercice budgétaire. Ce qui exige une information complète et une totale transparence.

…ce qui n’est pas, semble-t-il, le cas de la présente délibération où, comme pour d’autres délibérations que nous avons votées – ou que nous allons voter aujourd’hui – il vous est  proposé de voter les subventions de 38 associations sans qu’aucun compte ne soit annexé.

Je suis convaincu qu’une gestion plus rigoureuse des subventions consenties aux associations nous permettrait de dégager des marges de manœuvre… et  de ne plus diminuer la subvention accordée au SYTRAL, voire même de l’augmenter.

Ce qui rendrait plus cohérente notre politique de mobilité pour un meilleur environnement.

Pierre Diamantidis, Conseiller métropolitain

Groupe politique à la Métropole de Lyon

%d blogueurs aiment cette page :