Décisions modificatives budget 2015

Sans titre

Monsieur le Président, Chers collègues,

Cette décision modificative du premier exercice budgétaire de la Métropole laisse apparaître un solde positif en fonctionnement de 32 millions d’euros, grâce notamment à un excédent de recettes de l’ordre de 60 millions d’euros.

C’est évidemment une bonne nouvelle pour nos finances.  Après les décisions difficiles mais nécessaires qui ont été prises dans le cadre du budget 2015, cette décision modificative s’inscrit dans une saine gestion de notre collectivité.

Se projetant dans l’avenir, la Métropole a fait le choix d’arbitrages prudents à l’occasion de ce 1er budget.

Nous devons en premier lieu faire face à l’augmentation des dépenses sociales qui constitue une tendance structurelle. La baisse que nous enregistrons aujourd’hui pour le revenu de solidarité active ne doit pas faire illusion.

Au regard de l’évolution enregistrée lors des années précédentes par le conseil général, autour de +8% en 2014, nous avons en effet fait le choix de ne pas privilégier un scénario optimiste, en inscrivant une revalorisation de la politique d’emploi-insertion de l’ordre 44 millions d’euros. Nous bénéficions aujourd’hui d’un simple ralentissement de cette dynamique.

Il faut en effet rappeler que l’Etat ne compense nos dépenses de Revenu de solidarité active qu’à hauteur de 53%.

Par ailleurs, la hausse sur la prestation de compensation du handicap pour 4 millions, qui fait suite à celle déjà inscrite au budget supplémentaire 2015, nous montre qu’il faut, dans ce domaine, faire preuve de beaucoup de prudence dans nos projections.

Avec près de 700 millions d’euros, soit 30% de nos dépenses réelles de fonctionnement, l’action sociale au sens large constitue un véritable défi financier pour notre collectivité.

Une bonne santé financière est également un préalable indispensable pour faire face à la forte baisse des dotations de l’Etat.  Sur le périmètre Grand Lyon, cela représente 36 millions d’euros en moins en 2015 par rapport à 2014 pour atteindre 140 millions d’euros de manque à gagner à l’horizon 2020.

Enfin, nous avons voté en juin dernier une PPI ambitieuse d’un montant total de 3.5 milliards d’euros sur le mandat qui devra être réalisée. C’est la condition pour que la  Métropole joue pleinement son rôle en matière d’investissement public et agisse comme un vecteur de développement de nos territoires.

Il n’est pas inutile de rappeler que l’investissement des collectivités locales a reculé de 9 % l’an passé, or, sur notre territoire, et en dépit de la situation économique difficile, les emplois créés restent supérieurs aux emplois détruits.

Face à ces défis, nous devons rester mobilisés pour poursuivre les efforts de rationalisation budgétaire engagés.

Le pacte de cohérence métropolitain qui sera adopté en décembre fixe un cadre avec des principes et des propositions concrètes de nature à rendre plus efficaces les efforts de mutualisation.

Je vous remercie.

Fouziya BOUZERDA, Présidente du groupe CIMéT, Conseillère déléguée de la Métropole de Lyon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Groupe politique à la Métropole de Lyon

%d blogueurs aiment cette page :