Contrat de ville métropolitain 2015-2020

Sans titre

Monsieur le Président, chers collègues,

Le Conseil de la Métropole de Lyon se prononce aujourd’hui sur l’approbation du contrat de ville métropolitain pour la période 2015-2020.

C’est une nouvelle étape dans l’histoire de la politique de la ville marquée en 30 années par une succession de mesures qui ont conduit à un certain empilement des zonages et des dispositifs sur nos territoires.

Aujourd’hui, les attentes sont fortes, tant de la part des habitants des quartiers que des élus, pour donner un nouveau souffle à la politique de la ville. La situation sur le terrain reste en effet fortement contrastée.

Certains quartiers ont été métamorphosés par la rénovation urbaine. Je pense notamment à la Duchère dont la troisième et dernière barre « des mille », la 230, qui sera démolie jeudi, est un des symboles.

Néanmoins, les rapports de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles nous rappellent chaque année le chemin qui reste à parcourir : le taux  de pauvreté dans les quartiers prioritaires est près de 3 fois plus élevé que sur l’ensemble du territoire, le taux de chômage 2,4 fois supérieur, l’illettrisme 2 fois plus important.

A l’échelle du Grand Lyon, le phénomène de pauvreté est également très concentré. Quatorze espaces de précarité conséquents ont été recensés par l’INSEE. Ils regroupent 39 % des personnes inscrits à la CNAM mais 62 % des bénéficiaires de la CMUC. 59 % des chômeurs faiblement qualifiés y sont domiciliés pour seulement 36 % des actifs. L’échec scolaire y est patent avec 30 % de 15/25 ans non scolarisés, sans diplômes et sans emploi. On compte 2 fois plus de chômeurs et de bas revenus dans les ZUS par rapport au reste de l’agglomération.

La mise en place du nouveau contrat de ville coïncide avec l’arrivée de la Métropole. Nous avons là l’occasion d’afficher de nouvelles ambitions en matière de mixité sociale, de réduction des inégalités et de solidarité territoriale autour d’un dispositif que nous devons rendre plus efficace.

La Métropole de Lyon a un rôle déterminant à jouer et dispose pour cela de nouveaux leviers d’actions.

Premièrement, le contrat de ville lui-même qui s’appuie désormais sur le niveau intercommunal désigné comme chef de file pour en assurer le pilotage.

La politique de la ville ne doit plus être une politique du quartier, elle doit s’arrimer à une dynamique beaucoup plus large pour gouverner le fait urbain dans toute sa globalité, mieux articuler la politique de la ville aux politiques d’aménagement et de développement territorial, et repenser les actions de solidarité urbaine à travers plus de péréquation. C’est bien à l’échelle métropolitaine que cette question éminemment complexe et transversale doit être traitée.

Il faudra néanmoins veiller à pleinement associer les communes dans la cadre d’une démarche partenariale, notamment à travers l’élaboration des conventions locales d’application sur chacune des communes de la Métropole.

Surtout, le contrat de ville propose de renouveler les outils d’intervention de la politique de la ville avec un contrat unique intégrant les dimensions sociales, urbaines et économiques et une mobilisation prioritaire du droit commun.

La création de la Métropole est justement une réelle opportunité pour rapprocher politiques sociales, d’habitat, et de développement économique héritées de la Communauté urbaine et du Département. Ces compétences intégrées offrent une capacité d’agir importante en faveur de la cohésion sociale et urbaine au sein de l’agglomération.

Le nouveau contrat de ville marque aussi un important resserrement de la géographie prioritaire. De 63 quartiers répartis sur 25 communes pour environ 20% de la population métropolitaine, nous passons à 37 quartiers prioritaires de la ville (QPV). La Métropole devra veiller à assurer un accompagnement spécifique pour les quartiers sortants du dispositif mais dans lesquels les besoins sont encore importants.

Dans un contexte de contrainte budgétaire, la tâche ne sera pas facile. Il nous faudra collectivement être particulièrement imaginatif pour faire réussir cette nouvelle politique de la ville.

Je vous remercie.

Fouziya BOUZERDA, Présidente du groupe CIMéT, Conseillère déléguée de la Métropole de Lyon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Groupe politique à la Métropole de Lyon

%d blogueurs aiment cette page :