Budget primitif 2017

sans-titre1

Monsieur le Président, chers collègues,

Dans un contexte toujours contraint, avec une nouvelle baisse significative des dotations de l’Etat, nous devons continuer à assumer nos compétences, notamment celles héritées du Département, et préserver notre capacité d’autofinancement pour alimenter un programme d’investissement ambitieux, au service du développement de notre territoire.

Comme le montre ce budget primitif 2017, et dans la continuité de l’exercice 2016, nous y parvenons grâce à des efforts importants de rationalisation budgétaire. Les charges générales et les subventions versées par la Métropole sont en baisse, la masse salariale n’augmente pas, et le montant de nos charges financières est en recul avec la sécurisation de notre endettement.

Ainsi, la baisse des dotations mais aussi le dynamisme de nos dépenses sociales obligatoires sont aujourd’hui largement contenus, ce qui nous permet de dégager des marges de manœuvre pour nous consacrer à l’essentiel :

Nous pouvons ainsi :

– Continuer à investir pour préparer l’avenir. En faisant progresser notre autofinancement brut de 15 M€, nous permettons à la Métropole d’engager cette année 522 millions d’€ de crédits de paiement pour la mise en œuvre de la Programmation pluriannuelle d’investissement ;

Nous pouvons également :

– Etre en mesure de faire face à des dépenses nouvelles et parfois imprévues qui répondent à des enjeux stratégiques pour notre Métropole, à l’image du déclassement de la portion de l’A6/A7 en cœur d’agglomération dont nous avons débattu un peu plus tôt ;

Nous pouvons surtout :

– Poursuivre au quotidien un programme d’action ambitieux dans les différents champs de compétences de la Métropole dont le budget est également l’occasion d’affirmer nos choix sur les grandes politiques que nous entendons mener.

Je pense en premier lieu à nos actions de solidarité, qui représentent près de 730 millions d’€, c’est à dire un tiers de nos dépenses de fonctionnement, autour de 4 grandes politiques : la compensation du handicap, le bien vieillir, l’enfance et la famille et l’emploi et l’insertion. Venir en aide aux personnes les plus fragiles reste le fondement de notre pacte social.

Sur la question de l’insertion en particulier, nous déclinons jour après jour notre programme métropolitain qui a pour ambition d’articuler nos compétences de développement économique et d’insertion, afin de faciliter le retour à l’emploi des personnes qui en sont éloignées. Nous mobilisons pour cela les entreprises, à l’image de l’opération 1000 entreprises pour l’insertion,  et développons une offre de services qui leur est dédiée, avec la mise en place des chargés de liaison entreprise emploi.

Au total, près de 260 millions d’€ seront alloués au versement du RSA (238,2M€), qui concerne plus de 39.000 foyers, soit plus de 82.000 personnes couvertes (6.4% de la population métropolitaine), mais aussi aux mesures d’accompagnement social et socio-professionnel (6.5M€ pour les parcours d’accompagnement + 6.5M€ pour l’insertion par l’activité économique + 2.9M€ gestion FSE…), pour lesquelles la métropole a mis en œuvre un dispositif ambitieux de formation de nos référents et de sensibilisation des structures.

Le volontarisme de ce budget trouve également une traduction concrète sur la question de l’éducation : 31 millions d’euros de crédits de fonctionnement et 54 millions d’euros en investissement pour l’année 2017. Pour les 113 collèges dont nous avons la charge, d’importants moyens sont mobilisés, notamment pour construire cette année deux nouveaux établissements à Villeurbanne et Lyon 8° et pour poursuivre le déploiement du plan « numérique éducatif » qui permettra de doter nos collégiens d’outils modernes.

Pour ce qui concerne l’habitat et le logement, autre priorité de la Métropole, les crédits de fonctionnement sont en progression de 4,9 % (21.6M€) par rapport à 2016, afin de mieux répondre aux besoins de l’ensemble des Grands Lyonnais, tant dans le cadre du logement social, qu’à l’occasion des aides à la pierre ou à l’eco-rénovation des logements.

Le maintien d’un niveau élevé de production de logements locatifs est en effet une priorité, au regard des 47.000 demandeurs de logement qui sont recensés à l’heure actuelle dans le fichier commun de la demande de logement social.

À l’avenir, pour continuer sur cette dynamique positive, nos efforts devront être poursuivis et amplifiés sur plusieurs fronts :

  • Continuer à renforcer l’attractivité et le rayonnement de notre Métropole, pour favoriser création d’emplois : encore 15.000 emplois créés au cours de l’année 2016 et plus de 110 nouvelles entreprises accueillies sur notre territoire ;
  • Améliorer bien sûr l’efficacité de nos politiques publiques ;
  • Dégager des marges de manœuvre suffisantes pour nous permettre de mettre en œuvre les choix assumés effectués sur nos champs de compétence afin que les richesses de notre métropole profitent à l’ensemble de nos concitoyens.

C’est en poursuivant dans cette voie que nous ferons de la Métropole de Lyon une réussite.

Je vous remercie.

Fouziya BOUZERDA, Présidente du groupe CIMéT, Conseillère déléguée de la Métropole de Lyon

Groupe politique à la Métropole de Lyon

%d blogueurs aiment cette page :