Cité internationale de la gastronomie de Lyon

Sans titre

Monsieur le Président, chers collègues,

Depuis toujours, Lyon incarne la tradition gastronomique française qui est un élément phare du rayonnement de notre pays dans le monde.

Cette réputation, nous la devons à un patrimoine gastronomique riche et une grande diversité  de terroir, mais aussi à la plus forte densité de restaurants de France avec plus de 3000 établissements sur Lyon, des traditionnels bouchons aux jeunes chefs inspirés et innovants.

93 chefs étoilés y ont élu domicile, avec d’illustres figures comme le Chef Paul Bocuse, qui a fêté en 2015 ses 50 années d’étoiles au Guide Michelin. Signe qui ne trompe pas, ce même guide Michelin vient de publier une édition entièrement consacrée à Lyon et sa région.

L’excellence gastronomique lyonnaise est aujourd’hui un important moteur économique et touristique pour notre agglomération. C’est d’ailleurs l’un des premiers motifs de déplacements cités par les visiteurs pour justifier le choix de Lyon comme destination. Les halles de Lyon Paul Bocuse, en sont l’un des meilleurs symboles, fréquentées chaque année par plus de 1 million de personnes.

Le SIRHA, qui est devenu LE salon de l’hôtellerie-restauration, sans équivalent dans le monde, est aussi une illustration de cette identité gastronomique lyonnaise car c’est aussi un rassemblement de chefs du monde entier, une mise à l’honneur de nos filières artisanales, des créations uniques et le plus prestigieux concours mondial de gastronomie, le Bocuse d’Or, mais également la coupe du monde de la pâtisserie et la coupe de France de la boulangerie.

A l’image de nos grands événements, le Sirha attire plus de 190 000 visiteurs professionnels, 20 000 chefs, 1 000 journalistes, générant plus de 150 millions d’euros de retombées économiques.

Aujourd’hui, c’est ce patrimoine exceptionnel que nous devons continuer à promouvoir et valoriser pour faire rayonner notre métropole dans le monde. Et il fallait pour cela une vitrine de notre savoir-faire. Ce sera chose faite avec l’inauguration d’ici fin 2018 de la Cité internationale de la gastronomie de Lyon, un projet remarquable implanté au sein même du prestigieux bâtiment du grand Hôtel-Dieu en cours de réhabilitation.

La réalisation d’un tel projet, ici, à Lyon, et dans ce lieu emblématique, était une évidence. Une évidence car notre cité, classée au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1998, a toujours conjugué culture et goût. C’est ce qui explique le choix de la Mission Française du Patrimoine et des Cultures Alimentaires qui a décerné le label «Cité Internationale de la Gastronomie » à 4 villes françaises constituant le réseau.

La cité de la gastronomie de Lyon deviendra un lieu incontournable dédié aux saveurs, aux goûts, aux arts et aux plaisirs de la table avec pour mots d’ordre la découverte, l’innovation et la transmission. Elle défendra l’identité et la force de la gastronomie française, autour notamment du repas gastronomique des Français inscrit désormais sur la liste du patrimoine immatériel de l’Humanité, tout en développant un projet touristique, économique et commercial autour de la gastronomie.

Et nous faisons d’ailleurs vivre au quotidien cette gastronomie, dans nos restaurants, sur nos marchés, dans nos halles et lors de grands évènements comme la fête de la gastronomie ou la célébration des 80 années d’existence des Toques Blanches Lyonnaises.

Pour mener à bien un projet d’une telle ampleur, le recours au soutien d’investisseurs privés est indispensable, en particulier dans un contexte budgétaire contraint. C’est ce que nous faisons dans d’autres domaines et qui a montré toute sa pertinence, contribuant à la réussite du modèle lyonnais.

La réhabilitation de l’Hôtel-Dieu constitue d’ailleurs le plus grand chantier de rénovation privé d’un monument historique en France. Il va redonner vie à l’un des monuments majeurs de notre patrimoine historique que les lyonnais et les visiteurs  vont pouvoir se réapproprier.

Pour ce qui concerne la cité internationale de la gastronomie, sur les 15 millions d’euros du projet, 9 millions seront apportés par des entités privées. C’est l’objet même de la création de ce fonds de dotation qui nous permettra de recueillir les contributions des entreprises partenaires. Nous devons sur ce plan jouer un rôle moteur.

Je vous remercie.

Fouziya BOUZERDA, Présidente du groupe CIMéT, Conseillère déléguée de la Métropole de Lyon

Groupe politique à la Métropole de Lyon

%d blogueurs aiment cette page :