Cité internationale de la gastronomie de Lyon

sans-titre1

Monsieur le Président, chers collègues,

Cette délibération nous permet de faire un nouveau pas important vers la concrétisation de ce grand projet qu’est la Cité de la gastronomie.

Parmi les 4 villes sélectionnées en France pour faire partie du réseau des cités de la gastronomie censé promouvoir la cuisine française, la cité lyonnaise sera la première à voir le jour.

Cela montre une fois de plus la pertinence du modèle lyonnais qui consiste à nouer des partenariats étroits entre les investisseurs privés et les acteurs publics pour faire aboutir des projets d’envergure, dans un contexte budgétaire toujours plus contraint.

Ainsi, sur les 16 millions d’euros du projet de la Cité de la gastronomie de Lyon, plus de 10 millions d’euros seront en effet apportés par des entités privées via le fonds de dotation dont nous avons acté le principe l’année dernière, et pour lequel la Métropole a joué un rôle moteur. Ces entreprises partenaires ont été convaincues par l’intérêt du projet. Au final, et nous pouvons nous en féliciter,  l’opération devrait être neutre financièrement pour la Métropole avec la récupération attendue de la TVA.

N’oublions pas également que la Cité de la gastronomie prendra elle-même place dans un lieu emblématique, l’Hôtel-Dieu, dont la réhabilitation constitue le plus grand chantier de rénovation privé d’un monument historique en France.

Alors que le repas gastronomique français a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, la réalisation de la Cité de la gastronomie, ici à Lyon, ville classée au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1998, s’imposait tant Lyon a toujours conjugué culture et goût.

Cette Cité de la Gastronomie deviendra en premier lieu un nouvel outil au service du rayonnement et de l’attractivité de la Métropole.  L’excellence gastronomique lyonnaise est aujourd’hui un important moteur économique et touristique, car depuis toujours, Lyon incarne la tradition gastronomique française qui est un élément phare du rayonnement de notre pays dans le monde. La gastronomie est d’ailleurs l’un des premiers motifs de déplacements cités par les visiteurs pour justifier le choix de Lyon comme destination.

Ce n’est pas un hasard si notre ville est aujourd’hui 1ère au classement des meilleures villes françaises dans ce domaine selon le Times.

Cette réputation en matière de gastronomie, nous la devons à un patrimoine riche, une grande diversité  de terroir, la mise en avant de l’excellence de savoirs faire, et à la plus forte densité de restaurants et de marchés en France.

Nous la devons aussi à des équipements majeurs comme les Halles de Lyon Paul Bocuse, qui mettent à l’honneur nos filières des métiers de bouche et qui sont fréquentées chaque année par plus de 1 million de personnes, ou encore à de grands évènements comme Le SIRHA, à l’occasion duquel se tiennent le Bocuse d’Or, la coupe du monde de la pâtisserie et la coupe  de France de la boulangerie, et qui a généré plus de 150 millions d’euros de retombées économiques sur le territoire.

Avec plus de 200.000 visiteurs attendus chaque année, la Cité de la Gastronomie  renforcera encore le positionnement de Lyon en proposant une vision nouvelle de la gastronomie à la croisée de la nutrition et des sciences de la santé. Véritable vitrine de notre savoir-faire, elle contribuera à promouvoir ce patrimoine culinaire exceptionnel qui fait rayonner notre métropole.

Elle agira ainsi comme un levier de développement économique pour les professionnels des métiers de bouche, dont les filières et les produits seront valorisés, pour le secteur du tourisme, qui représente plus de 30.000 emplois sur l’agglomération, mais aussi pour les professionnels de la santé.

Ce sont bien sûr les Grands lyonnais qui seront les premiers à profiter de cette Cité ouverte à tous les publics. À la fois lieu d’expositions et d’événements culturels, lieu de dégustation des produits et de découvertes des métiers, mais également lieu de recherche et d’innovation, elle sera consacrée au thème du «bien manger pour mieux vivre».  Et quel symbole que ce soit l’Hôtel Dieu, au sein duquel Rabelais exerça comme médecin, qui lui serve d’écrin !

Plus globalement, la réhabilitation de l’Hôtel Dieu va redonner vie à l’un des monuments majeurs de notre patrimoine historique que les lyonnais et les visiteurs vont pouvoir se réapproprier, puisque 7 cours intérieures, ainsi que le bar sous la majestueuse coupole de Soufflot, seront ouverts au public.

La Cité de la gastronomie au sein du Grand Hôtel Dieu fait indéniablement partie de ces projets emblématiques de notre Métropole qui deviennent réalité, et qui, avec le recul, seront plébiscités par le plus grand nombre, mais dont la mise en œuvre au quotidien suppose volontarisme et pugnacité

Je vous remercie.

Fouziya BOUZERDA, Présidente du groupe CIMéT, Conseillère déléguée de la Métropole de Lyon

Groupe politique à la Métropole de Lyon

%d blogueurs aiment cette page :