Plans de prévention ds risques technologiques

Monsieur le Président, chers collègues,

La mise en  œuvre des  10 plans de préventions des risques technologiques sur le territoire de notre agglomération se traduit par un impact budgétaire très important pour notre collectivité, malgré la participation de l’Etat et des industriels dans le cadre d’un financement tripartite.

Comme le montre cette délibération, les mesures foncières prescrites par les PPRT, qui recouvrent les expropriations ou le droit au délaissement ouvert aux propriétaires, représentent près de 70 millions d’€, dont près de 21 millions d’€ à la charge de la Métropole. Avec les démolitions/déconstructions et les mesures de protection de l’habitat, les engagements de la Métropole de Lyon s’élèvent à environ 50 millions d’€.

Si ces montants sont élevés, il convient néanmoins de garder à l’esprit les opportunités qu’offrent ces PPRT pour notre territoire. Ces opportunités sont avant tout foncières et immobilières. Je pense en particulier au PPRT de la Vallée de la Chimie, l’un des plus importants au niveau national, qui concerne dix communes de la Métropole et qui concentre à lui seule la grande majorité des engagements financiers que je viens d’évoquer. Ce pôle économique majeur de la Métropole, avec ses 50.000 emplois,  bénéficient en effet d’un fort potentiel de développement grâce aux nombreux terrains et locaux inexploités qui s’y trouvent. La capacité d’innovation de la Métropole et de ses partenaires permettent de valoriser ces délaissés fonciers et soutenir des projets d‘avenir.

C’est d’ailleurs l’objectif de l’Appel des 30, une initiative créée en 2014
par la Métropole de Lyon avec 30 partenaires privés et publics.

Les appels à projet qui ont été lancés en 2014 et 2016 visent à attirer des activités technologiques innovantes dans les filières de la chimie, des cleantechs, de l’énergie et de l’environnement. L’ambition est de faire de la Vallée de la Chimie une référence européenne dans ces secteurs d’avenir qui constituent de véritables gisements de croissance économique pour notre métropole.

Les 10 projets industriels lauréats du dernier appel à projet concernent l’éco-industrie avec la production d’énergie renouvelable à partir de déchets, le photovoltaïque avec l’installation de panneaux solaires sur 87 000 m2 de toitures et parkings, soit l’équivalent d’un tiers de la puissance installée sur la Métropole, ou encore la production de biomasse pour l’énergie et la valorisation des terres à travers la remédiation des sols pollués, dans le cadre de paysages productifs.

Ces projets mobiliseront 25 hectares de gisements fonciers et potentiellement plus de 200 millions d’euros d’investissement, permettant ainsi de créer jusqu’à 170 emplois directs.

Grâce à ces projets, mais également aux autres initiatives soutenues par la Métropole de Lyon, la Vallée de la Chimie est dores et déjà au cœur de la transition énergétique avec 49 % de la production d’énergies renouvelables et de récupération de la Métropole, et 15 % de la production d’électricité photovoltaïque.

A l’avenir, d’autres se concrétiseront, comme la récupération et la valorisation de la chaleur fatale industrielle, qui est une filière particulièrement prometteuse en cours de développement.

Le PPRT de la Vallée de la chimie, malgré les contraintes qu’ils imposent dans nos communes, est aussi une chance pour notre territoire. Il permet de lancer de grands projets qui vont dans le sens de la transition énergétique poursuivie par la Métropole de Lyon.

Je vous remercie.

Roland CRIMIER, Vice-président de la Métropole de Lyon

Groupe politique à la Métropole de Lyon

%d blogueurs aiment cette page :