Premier bilan satisfaisant pour Navly, la navette sans conducteur

La structure créée par Navya et Kéolis a tiré un premier bilan de celle-ci, après 14 mois d’expérimentation à la Confluence, dans le deuxième arrondissement de Lyon.

Après un an d’expérimentation, le bilan semble satisfaisant pour Navly, première ligne régulière d’une navette sans conducteur au niveau mondial. Ce lundi, Pascal Jacquesson, directeur général de Keolis Lyon et président de Navly, et Christophe Sapet, président de Navya, ont fait un point sur un an d’exploitation du service de navette autonome mis en place depuis septembre 2016 à la Confluence, dans le deuxième arrondissement de Lyon. Etaient à cette occasion présents Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral, et David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon.

Navly est, rappelons-le, l’émanation d’une association entre Navya, qui conçoit des véhicules autonomes, et Keolis, l’exploitant du réseau TCL, avec le soutien de la Métropole de Lyon. Pascal Jacquesson a, d’emblée, souligné qu’aucun incident majeur n’était intervenu en 14 mois et que les chiffres de fréquentation de cette expérimentation s’étaient révélés, sur un an, très encourageants.

« Le public a joué le jeu, puisqu’en un an, nous avons dépassé les 22.000 passagers. C’était une question que nous nous posions : comment les passagers allaient réagir ? Est-ce que, sans appréhension, ils allaient monter à bord d’une navette qui n’a ni volant, ni système de pédalier ? Nous avons été très agréablement surpris parce que l’appréhension ne dure que quelques mètres. Très rapidement, nous avons eu des gens qui sont extrêmement contents et très en confiance sur ce service », a-t-il indiqué.

Une nouvelle dynamique commerciale pour les pentes de la Croix-Rousse

Article paru dans Lyonpoleimmo le 19 octobre 2017, par Sylvain D’Huissel :

Grâce au FISAC initié il y a une dizaine d’années, une nouvelle dynamique commerciale est en cours dans ce secteur. Une opération de communication a été initiée samedi au cours de l’opération de piétonnisation temporaire.

Fouziya Bouzerda, adjointe au commerce à la ville de Lyon et vice-présidente de la Métropole, et David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, ont, à l’occasion de l’opération de piétonnisation temporaire des pentes de la Croix-Rousse, visité quelques magasins du quartier, lequel fait l’objet, depuis une dizaine d’années, d’une opération d’intervention commerciale de la part de l’Etat, de la Ville et de la Métropole. Les élus ont visité quelques magasins de la rue Romarin puis de la rue des Capucins.

Les pentes, il y une dizaine d’années, souffraient en effet d’une image dégradée, avec une vie nocturne assez active, mais qui n’était pas relayée en journée par une activité commerciale affirmée. Un outil d’accompagnement au commerce de proximité et artisans, le Fonds d’Intervention pour la Sauvegarde de l’Artisanat et du Commerce (FISAC) a été mis en place pour redynamiser le secteur.

Baisse de la vacance

Un travail a été mené avec ce FISAC depuis une dizaine d’année. Grâce à ce fonds, la rénovation de plus d’une centaine de locaux situés en rez-de-chaussée a été engagée, et l’activité commerciale du secteur s’est diversifiée, avec l’arrivée de nouvelles boutiques mode, créateurs et design. Pour contribuer à cette redynamisation, des animations sont régulièrement organisées, comme celle de samedi.

L’idée était donc pour la ville de stimuler l’activité commerciale via des rénovations de commerces et des remises en location. Avec in fine, une baisse sensible du taux de vacance. Au terme de ce FISAC, le temps est venu de communiquer, via des visuels, drapeaux pour les commerçants, et kakémonos.

CONSEIL DE LA MÉTROPOLE DU 6 NOVEMBRE 2017 CONSACRÉ À L’ADOPTION DU SCHÉMA MÉTROPOLITAIN DES SOLIDARITÉS

DSC00044[2]

Au cours de ce conseil, le groupe CIMéT est intervenu sur 3 dossiers importants :

Schéma métropolitain des solidarités : pour Fouziya BOUZERDA,  » L’examen attentif de ce nouveau cadre de référence révèle un travail considérable et de grande qualité, avec des objectifs unanimement partagés à l’issue d’une large concertation. Il nous permettra de déployer dans le champ des politiques sociales une action publique renouvelée, innovante et transversale au service de nos concitoyens. En ce sens, l’adoption du schéma métropolitain des solidarités n’est pas un aboutissement mais bien un point de départ «

 

Pacte de cohérence métropolitain : Pierre DIAMANTIDIS a rappelé que « la mise en place du pacte de cohérence constitue une première étape. Elle prend toute son importance et les actions qui en découleront devront être suivies avec rigueur afin que nos concitoyens, dans la proximité de leurs communes, puissent en mesurer les effets bénéfiques pour leur vie quotidienne ».

 

Aménagement du vallon des hôpitaux : pour Roland CRIMIER,  » le projet du Vallon des Hôpitaux compte parmi les projets emblématiques portés par la Métropole de Lyon. Il est une illustration concrète des opérations d’aménagement exemplaires que nous privilégions pour assurer le développement harmonieux des territoires métropolitains ».

VÉLOV, PPRT ET CAMPUS TOTAL-IFPEN-CRES AU MENU DU CONSEIL DE LA MÉTROPOLE DU 18 SEPTEMBRE 2017

Au cours de ce conseil, le groupe CIMéT est intervenu sur 3 dossiers importants :

– Campus IFPEN/TOTAL/CRES : intervention de Guy BARRAL:

– Renouvellement marché Vélov : Pour Marylène MILLET, « nous avons aujourd’hui l’opportunité de redéfinir notre service de vélo en libre-service. Le rendre toujours plus performant est indispensable pour répondre aux attentes des utilisateurs actuels ou potentiels et pour nous donner les moyens de nos ambitions en matière de développement des modes doux.

– Plan de prévention des risques technologiques : Roland CRIMIER a rappelé que « le PPRT de la Vallée de la chimie, malgré les contraintes qu’ils imposent dans nos communes, est aussi une chance pour notre territoire. Il permet de lancer de grands projets qui vont dans le sens de la transition énergétique poursuivie par la Métropole de Lyon ».

CONSEIL DE LA MÉTROPOLE DU 11 SEPTEMBRE 2017 CONSACRÉ À LA RÉVISION DU PLUH

DSC00044[2]

– Révision du PLU-H : Pour Fouziya BOUZERDA, « Cette révision du PLUH est d’une importance capitale pour notre Métropole car elle offre l’opportunité de redéfinir un projet politique de développement et d’aménagement durables, partagé ensemble, pour les 15 années à venir.
Le principal défi était de proposer un document de référence équilibré pour les territoires et cohérent avec nos orientations politiques affirmées dans nos différents domaines de compétence.
Au regard du projet qui nous est présenté aujourd’hui, nous pouvons affirmer que ce défi est relevé. »

Conseil du 20 juillet consacré au compte administratif 2016

dsc000442

Fouziya BOUZERDA est intervenue pour rappeler les grands enseignements de ce compte administratif 2016 :

 » Ce compte administratif 2016 nous offre le recul nécessaire après deux années d’exercice budgétaire. Il vient confirmer la capacité de la Métropole –  et c’est bien sur ce terrain-là qu’elle était particulièrement attendue – à assumer dans un contexte budgétaire contraint ses nombreuses compétences, dont celles héritées du Département, tout en préservant des marges de manœuvre pour alimenter un grand programme d’investissement.

Cette situation financière solide doit aujourd’hui nous permettre de continuer à investir pour préparer l’avenir, et notamment accélérer la mise en œuvre de notre Programmation pluriannuelle d’investissement sur l’ensemble du territoire, mais aussi de poursuivre au quotidien un programme d’actions ambitieux dans nos différents champs de compétences, là même où les attentes de nos concitoyens sont fortes « 

 

Nouvel exécutif de la Métropole : attribution des délégations

dsc000442

Dix jours après l’élection de David Kimelfeld à la tête de la Métropole de Lyon, les délégations des Vice-présidents ont été attribuées jeudi 20 juillet 2017 :

Pour les élu(e)s du groupe CiméT :

Fouziya Bouzerda : 2e vice-présidente déléguée à l’Économie et à l’Insertion

Richard Brumm : 5e vice-président délégué aux Finances

Jean-Luc Da Passano : 6e vice-président délégué aux Grands Ouvrages et Grandes

Roland Crimier : 10e vice-président délégué à l’Énergie et aux Projets Carré de Soie et Grand Montout

Guy Barral : 19e vice-président délégué à la Politique sportive

Nouvel exécutif de la Métropole : le groupe CIMéT au cœur du dispositif

DSC00044[2]

Suite à la démission de Gérard Collomb de son poste de Président de la Métropole, l’intégralité de l’exécutif métropolitain a été renouvelé lors du Conseil exceptionnel du 10 juillet 2017.

Le nouveau Président de la Métropole, David Kimelfeld, a proposé de constituer une Commission permanente composée de 25 Vice-présidents et 27 conseillers délégués. Les membres du groupe CIMéT sont au cœur de ce dispositif avec 5 élu(e)s au poste de Vice-Président (e):
– Fouziya BOUZERDA : 2ème Vice-Présidente
– Richard BRUMM : 5ème Vice-Président
– Jean-Luc DA PASSANO : 6ème Vice-Président
– Roland CRIMIER : 10ème Vice-Président
– Guy BARRAL : 19ème Vice-Président

Fondation HCL et retrait du SIDESOL au menu du Conseil de la Métropole du 22 mai 2017

DSC00044[2]

Au cours de ce conseil, le groupe CIMéT est intervenu sur 2 dossiers importants :

Adhésion de la Métropole à la fondation des Hospices civils de Lyon : Pour Carole BURILLON, « les HCL, dont l’ADN est d’offrir des soins de qualité à tous les patients, quels que soient leurs revenus ou leurs pathologies, ont besoin de nouveaux leviers et de ressources complémentaires pour être en capacité de les développer. De ce point de vue, la Fondation constitue un outil particulièrement pertinent.  Parce que la personne est au cœur des défis de la médecine de demain, mais aussi parce que la santé est l’affaire de tous, ce sont bien l’ensemble des acteurs, publics et privés, qui doivent se mobiliser aux côtés de la Fondation HCL. Et la Métropole de Lyon, dont l’ambition est de conjuguer l’urbain et l’humain, y a bien sûr toute sa place »

– Retrait de la Métropole du syndicat SIDESOL : Guy BARRAL se félicite de cette décision qui permettra aux habitants de Marcy l’Etoile de payer le même prix de l’eau que les autres habitants de la Métropole. Cependant, il tient à alerter les conseillers métropolitains sur le cas de sa commune, Solaize, confrontée à la même problématique, et souhaite que la Métropole soit force d’initiative pour que les habitants de Solaize puissent eux aussi bénéficier du même tarif que les autres métropolitains.

Groupe politique à la Métropole de Lyon